Le BLEU, couleur infinie.
Le BLEU, couleur infinie.

Le BLEU, couleur infinie.

C’est un voyage dans l’histoire de la couleur bleue à travers les arts du Moyen Âge à nos jours, que Lezarts33 vous présente.
Cette approche de la couleur, thème central dans l’histoire de l’art, fait dialoguer les époques de manière transversale et ludique avec des œuvres de natures diverses (peintures, dessins, manuscrits, objets d’art, sculptures).

 

                                                                                                      Sergiu Ciochina.

                                                                           Apparition du terme “bleu” et usages courants
D’où nous arrive l’appellation “bleu” ? Le bleu, très peu prisé en Occident ancien a peu de mots pour le définir : dans les textes bibliques en hébreu, araméen ou grec, seul revient le mot “saphir”, la pierre préférée des peuples de la Bible. Les langues romanes iront puiser les mots germaniques “blau” et arabes “azraq”, et encore le bleu était souvent confondu avec le gris et le vert. Paradoxe : parmi les anciennes formes au 12è siècle on trouve “blo, bloe” : le mot anglais “blue” vient donc du français.

OLBINSKY

“La communication est santé ; la communication est vérité ; la communication est bonheur.
Partager est notre devoir ; plonger courageusement et ramener à la lumière ces pensées cachées qui sont les plus malades ; ne rien dissimuler, ne rien prétendre ; si nous sommes ignorants, l’avouer ; si nous aimons nos amis, le leur faire savoir.”

Essais choisis de Virginia Woolf.

                                                                  Rafal Olbinski (artiste surréaliste,polonais, né en 1943)

EMAUX

                                                                                                            Emaux d’Iran

La couleur bleue, dans ses différentes nuances les plus populaires, telles que le bleu d’Égypte, le bleu outremer, le bleu cobalt, le bleu céruléen, le bleu de Prusse et le bleu Klein international, a été le protagoniste de différentes époques, au cours desquelles ont été créés des chefs-d’œuvre intemporels, allant du monde égyptien à l’art contemporain.

HADIDA

                                                                 “Les petites bonnes femmes”, Valérie  Hadida, Bronze

FEELING BLUE

                                                                             Feeling blue, p𝗁𝗈𝗍𝗈  𝖠𝗅𝖾𝗑𝖺𝗇𝖽𝖾𝗋 𝖦𝗋𝖺𝖻𝖼𝗁𝗂𝗅𝖾𝗏 ©

MIRO 2

                                                                                 Joan Miró, “Cheval de cirque”, 1927.

                                    Un rêve, oui, c’est cela, un rêve et comme le peignait Miró, “ceci est la couleur de mes rêves”.

FRONTERA 1

Les palais et jardins des marquis de Fronteira furent bâtis vers 1670. L’influence italienne est indéniable dans leurs constructions mais de nombreux éléments de décorations sont typiquement portugais comme ses nombreux azulejos. C’est la seule batisse privée de cette époque qui puisse se visiter à Lisbonne.

FRONTERA 2
chapelle azuleijos

La façade de la Chapelle, construite à la fin du XVIe siècle, est ornée d’un revêtement appelé embrechados, constitué de graviers, de coquillages, de morceaux de verre, de nacre et de porcelaine chinoise brisée.

FRONTERA 3

La galerie de niches décorées de bustes de rois portugais et espagnols est dénommée Terrasse des rois.

La visite du Palais Fronteira vaut bien une visite du musée des azulejos tant les représentations et les modèles de carreaux sont variés.

                                                                                     “La salle de bains”, vitrail de Louis Barillet.

Les “établissements balnéaires d’Auteuil” édifiés en 1929 par l’architecte Lucien Pollet dans un style paquebot, et orné de quelques vitraux Art Déco de Louis Barillet.

SAMARCANDE

                                                                                              Samarcande, Ouzbékistan                    

kandinsky

                                                                                        Wassily Kandinsky, Skyblue, 1940

William de Morgan était l’un des plus célèbres concepteurs de carreaux du mouvement Arts and Crafts, dont il était l’un des membres fondateurs. Tuiles céramiques, vers 1900.

AVEIRO

                                                                                      Azulejos, gare d’Aveiro, Portugal.

Mirukami

                                                                                                         Hiroshi Mirukami

codech

                                                                                              Codech et Malavia, sculpture

TAMAYO

                Dans les collections méconnues du Guggenheim, un artiste mexicain : Rufino Tamayo et “Heavenly Bodies” de 1946.

 

                                       Merveilleuses peintures de Cy Twombly dans l’accrochage d’ouverture du Louvre Abu Dhabi, 2017.

La vierge en oraison . Cette œuvre réalisée en émail sur cuivre fait partie d’un d’optique conservé au Musée de Cluny, réalisé par l’artiste Jean Penicaud, 1436.

                                                                         Blue Black and Grey, 1960, Georgia O’Keeffe

                                                          Comme un soleil du matin. “Blue Morning Glory”, Georgia O’Keeffe, 1935

MOMIE

                                                                                          Momie d’Inamonnefnebu

Un filet de perles de cylindre en faïence bleue recouvre le linceul sous-jacent.
Le motif en mosaïque de perles se compose d’un scarabée ailé sur la gorge, d’un collier sur la poitrine avec des perles cylindriques bleues et rouges, d’une déesse ailée sur l’abdomen et de quatre fils d’Horus sur les cuisses. Des hiéroglyphes sur le bas des jambes disent : Une offrande que le roi donne à Osiris, seigneur d’Aby[dos], qu’il accorde une bonne sépulture.

Date : Thèbes, Égypte, 700-650 av.j.c

                                                            Cariatide bleue, Amedeo Modigliani, vers 1913, crayon bleu sur papier

MIRO

Plongeons-nous dans la mer bleue avec Miró et “La baigneuse”, 1924.

Chef d’œuvre absolu. Tout est là pour rêver, la ligne d’horizon, les vagues, une barque, la lune, les rayons de soleil, comme une chevelure, le ciel se confond avec les flots.

MATISSE

                                                           Henri Matisse – (1869 – 1954) la fenêtre bleue, 1913, MOMA collection

MAGRITTE

                                                                       René Magritte, “Architecture in the Moonlight”  1956

                                                                                         Avec ceux que nous aimons,
                                                                                         Nous avons cessé de parler,
                                                                                         Et ce n’est pas le silence.

                                                                            René Char (L’éternité à Lourmarin), 1960

LALIQUE

                                                            René Lalique, Flacon “Les Sirènes”, 1905, technique de la cire perdue.

KLEIN 2

                                                                  Yves Klein, SE 71, L’Arbre, grande éponge bleue,1962

” Grâce aux éponges, j’allais pouvoir faire les portraits des lecteurs de mes monochromes qui, après avoir voyagé dans le bleu de mes tableaux, en reviennent totalement imprégnés en sensibilité comme des éponges “. (Yves Klein)

Après avoir utilisé l’éponge pour appliquer la couleur, Yves Klein subjugué par ses propriétés d’absorption, décide d’en faire sa matière première. Elle s’impose à partir de 1959 comme l’équivalent du monochrome en sculpture. Dans cette œuvre, la coulure bleue mêlée au plâtre fige le processus et propulse l’éponge dans un état de lévitation artificielle. Cet arbre, l’un des plus monumentaux, est l’une des dernières œuvres de l’artiste.

                                     Jo Tuck, Nature morte bleue avec poissons, fleurs et citrons, 2022. Huile sur toile, 61 x 76,2 cm

FORICHON

                                                                               Matthieu Forichon, illustrateur français

                                                                                  Vase tulipe bleu…1878 Cristal Daum                                                                          

CHAGALL

                                                                                              Μarc Chagall, “blue lovers”, 1914

CHAGALL 3

                                            Somptueux et lumineux, New York dans un vitrail de Marc Chagall, 1977, Art Institute of Chicago.

BOTICELLI

                                                     Botticelli, Vierge à l’enfant, 1467, conservé au musée du Petit Palais, Avignon.

BONCOMPAIN

                                                    Nu au fond bleu. Œuvre du peintre français contemporain Pierre Boncompain

                                                  Beau camaïeu de bleus pour ces carreaux de céramique Art Nouveau vers 1900.

CHAGALL4

Cette photo représente le vitrail “La paix de Sarrebourg”. Par ailleurs le plus grand vitrail du monde en surface de Chagall. Un de ses derniers aussi. A voir 

chapelle Sarrebourg

Comme tous les vitraux de Chagall, celui de la chapelle de Sarrebourg a été élaboré dans l’atelier Simon de Reims. Il aura fallu deux ans (de 1974 à 1976) au maître verrier Charles Marq pour le réaliser. Il s’agit d’une œuvre exceptionnelle qui s’inscrit dans la totalité de l’arc de la nef, là où se termine le chœur.
Au lieu de se fermer sur lui-même, celui-ci s’ouvre vers la lumière.

BOIVIN

                                                                                              Éliane Boivin, Lanzarote. 

                                                                                    Il y aura toujours un couple frémissant
                                                                                    Pour qui ce matin-là sera l’aube première
                                                                                   Il y aura toujours l’eau le vent la lumière
                                                                                   Rien ne passe après tout si ce n’est le passant.
                                                                                       

                                                                                    Louis ARAGON (Les yeux et la mémoire)

             

41 commentaires

  1. MARTINE SEGRET

    Magnifiques bleus… j’ai adoré ce choix de varier les époques et les styles. Finalement tout s’accorde dans ce beau reportage. Merci pour cet instant bonheur. (J’ai vu cette année l’exposition Klein à Aix -en -Provence., avec effectivement ces éponges-arbres énigmatiques.)

    1. Véronique Auché

      Bonjour Martine
      j’aurais adoré voir cette exposition .
      Le choix de varier se retrouve dans les séries d’art mais le bleu s’y prêtait encore plus : j’aurais pu rajouter les bijoux, la mode mais c’est sans fin…
      Belle soirée à toi et on peut discuter demain soir via facebook
      Merci de ta fidélité

      tendresse véronique

  2. Tronquet

    Merci pour ces articles ! L’art et la poésie adoucissent la vie, vous nous permettez de bénéficier de leurs effets apaisants, alors que la vie court toujours trop vite.,.
    Longue vie à votre blog !

  3. Tronquet

    Le Bleu de la vie, de la terre…
    Merci pour ces articles ! L’art adoucit la vie, vous nous permettez de bénéficier de ces effets apaisants, alors que la vie court toujours trop vite.,.
    Longue vie à votre blog !

  4. Berthelier

    Je t’avais mis un commentaire, apparemment il a disparu…???? Merci pour ce voyage au travers du bleu par l’histoire l’Art. Toujours détaillé et présenté avec énormément de passion.
    💋 LuLouf 🙂🙃🙂🙏

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *